logo Wombat

couverture Tout s'allume

Gébé

Tout s’allume

« Tout s’allume, une bande dessinée dangereuse, parce qu’elle peut donner des idées. » (WOLINSKI)


Entre 1970 et 1972, dans les pages de Politique hebdo puis de Charlie, Gébé publia L’An 01 (« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste »), l’utopie la plus marquante (et la plus marrante) apparue en France au cours de cette décennie. Née des espoirs soulevés par mai 1968, elle donnera lieu à un film culte coréalisé par Jacques Doillon, Jean Rouch et Alain Resnais en 1973.

Six ans plus tard, cet élan utopique semble brisé. À l’été 1979, dans Charlie hebdo, Gébé récidive en publiant Tout s’allume, post-scriptum lucide à L’An 01, fiction « encéphalo-politique » sur les possibilités encore existantes de changer la société, de faire plier le pouvoir par le refus d’hommes éclairés de participer à un système de plus en plus aliénant.

Avec plus de trente ans d’avance, cet appel à la révolte radical (mais non dénué d’humour) fait écho à nombre de mouvements contestataires actuels. Œuvre surprenante de forme mixte, « film à faire », mi-bande dessinée, mi-texte, Tout s’allume est ici publié en livre pour la première fois.


Préface de Raoul Vaneigem – Introduction de Wolinski – Postface de Pacôme Thiellement

Couverture de Gébé

« Les Iconoclastes » nº 1


Parution : 23 février 2012

Format : 160 x 220 – 56 pages N&B – 13 €

Gébé

Pilier de Hara-Kiri dès le début des années 1960 (il en sera le rédacteur en chef de 1969 à 1985), puis des hebdos Hara-Kiri et Charlie, cofondateur de Zéro et du nouveau Charlie hebdo, Gébé (1928-2004) fut pour beaucoup le penseur et le poète de la « bande à Charlie ».

Écrivain, parolier, scénariste, concepteur de romans-photos et surtout auteur de remarquables bandes dessinées innovantes (Berck, Une plume pour Clovis, L’An 01, Lettre aux survivants, L’├ąge du fer...), Gébé demeure un créateur et un agitateur d’idées sans pareil.


Les livres de Gébé aux Nouvelles Éditions Wombat

Tout s’allume


Wolinski évoque Gébé et Tout s’allume

Extrait de Charlie hebdo nº1028 (février 2013) (télécharger le pdf)

Fiche technique de Tout s’allume, par Gébé

Genre : Fiction encéphalo-politique

Lieux de l’action : À l’extérieur de gens et à l’intérieur de la tête (région des hémisphères cérébraux)

Moyen d’expression : La bande dessinée, conçue comme un film à faire.

Objet : Montrer comment l’élargissement de la conscience, par le mécanisme de la Prise de Conscience Provoquée, peut modifier le comportement individuel et social et conduire irrésistiblement au changement de consensus politique d’une nation.

Extrait 1

Extrait 2

« Bon ! Ce qu’on veut, là, tout de suite, c’est, avec nos poumons immenses, ne pas crever asphyxiés. Premièrement, nous ne voulons plus participer aux aberrations collectives. Un exemple – c’est un des plus gros : impôts décidés et gérés par nous, compte tenu des besoins des organismes jugés par nous d’utilité publique. Il est probable que l’armée pourra se brosser. Autre exemple – mineur celui-là : le président parle à la télé. Nous exigeons de pouvoir faire suivre son discours d’une analyse qualitative relative et quantitative absolue qui soit autre chose que les commentaires fouille-mots des journalistes. L’utilité de ça ? D’abord éviter aux conscients évolués de crever de rage impuissante. On voit plus large que ceux qui parlent. On entend plus large que la majorité de ceux qui écoutent, alors, merde ! On veut se manifester. Pas couper la parole ni imposer le silence, mais faire entendre le son de la matière vivante dans l’état actuel de son organisation la plus perfectionnée. On veut que l’idée raisonnable d’une vie consciente, cohérente et intelligemment orientée se diffuse dès maintenant. »

La presse à propos de Tout s’allume

« Tout s’allume est enfin édité en volume. Pas bougé d’un poil, comme tout ce qu’a fait Gébé, fruit de son cerveau pas ordinaire et qui traite, justement, du cerveau de l’homme, notre pauvre cerveau soumis en permanence aux forces du décervelage. (...) Il s’agit, pour les hommes politiques, de continuer à assurer la représentation d’une population homogène de conscience primitive. Gébé se marre, le lecteur avec lui, mais il donne à penser, c’est le grand Gébé de L’Âge du fer et de L’An 01. » (Delfeil de Ton, Le Nouvel Observateur)

« Pilier de Hara-Kiri puis du Charlie hebdo historique, Gébé meurt jeune, à 74 ans. Il avait gardés intacts jusqu’au bout sa curiosité, sa soif d’utopie et son dédain du pouvoir. » (Mona Chollet, Le Monde diplomatique)

« Avec son humour incisif, Gébé livre dans cet élégant mélange de textes et de BD une réflexion aiguë et parfois amère sur l’émancipation des consciences et les moyens d’y parvenir, malheureusement toujours valable dans le contexte politique et social actuel. » (Anne-Claire Norot, Les Inrocks)

« Je me souviens du choc lorsque j’ai lu cette histoire en 1979. J’y ai souvent repensé depuis. Je l’ai même relue il y a quelque temps en rangeant de vieux journaux. Tout s’allume de Gébé est une œuvre visionnaire, d’une totale actualité. » (Blog Le Journal de Jane)