logo Wombat

Auteurs

Robert Benchley

Chroniqueur humoristique, Robert Benchley (1889-1945) publia ses textes dans les plus prestigieux magazines de son époque, de Vanity Fair au New Yorker. Dès 1928, il fut aussi l’un des premiers comiques du cinéma parlant (avec Le Rapport du trésorier) et reçut un Oscar pour son film intitulé : Comment dormir ? Membre fondateur du « cercle vicieux » de l’hôtel Algonquin avec sa grande amie Dorothy Parker, il fit les quatre cents coups en compagnie de joyeux drilles tels Ernest Hemingway et Errol Flynn.

Maître de l’humour décalé et absurde, admiré par ses pairs, de Stephen Leacock à Woody Allen, Benchley demeure l’un des écrivains américains les plus drôles du xxe siècle.

Du même auteur, Frédéric Brument a déjà composé et traduit les recueils L’Expédition polaire à bicyclette, Psychologie du pingouin, Démence précoce et Pourquoi personne ne me collectionne ? (Le Dilettante & Rivages, réédités en 2010).


Benchley par Benchley

Robert Charles Benchley, né sur l’Île de Wight le 15 septembre 1807. Embarque à bord du Florence J. Marble comme garçon de cabine en 1815. Arrêté pour bigamie et meurtre à Port-Saïd en 1817. Libéré en 1920. Écrit Un conte de deux villes. Marié à Anastasia, princesse du Portugal, en 1831. Enfants : prince Rupprecht et plusieurs petites filles. Écrit La Case de l’Oncle Tom en 1850. Éditeur de l’almanach féminin Godey’s Ladies Book, 1851-1856. Commence Les Misérables en 1870, achevés par Victor Hugo. Mort en 1871. Enterré à l’abbaye de Westminster.


Les livres de Robert Benchley aux Nouvelles Éditions Wombat

Les enfants, pour quoi faire? (plus d’infos)

Pourquoi je déteste Noël (plus d’infos)

L’économie, pour quoi faire ? (plus d’infos)

Jackie Berroyer


Jackie Berroyer, début des années 1980, en tournée
avec le groupe du Professeur Choron.


Chroniqueur rock à Charlie hebdo et Rock & Folk au milieu des années 1970, Jackie Berroyer a aussi collaboré à Hara-Kiri, Libération, Actuel, Zéro et aujourd’hui Siné mensuel. Après Rock’n’roll et chocolat blanc (1979), il a publié une dizaine d’autres livres, parmi lesquels Je vieillis bien (1983), Je suis décevant (1987), La femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse ! (1992) ou encore J’ai beaucoup souffert de ne pas avoir eu de mobylette (2004). Il a également signé plusieurs scénarios de BD (la série Goudard avec Gibrat, Raoul Teigneux contre les Druzes avec Vuillemin) et de films (Lune froide, Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnel...).

Outre un passage mémorable à l’émission « Nulle part ailleurs » sur Canal +, il poursuit une prolifique carrière d’acteur au cinéma (on le retrouve à l’affiche d’Henri, le nouveau film de Yolande Moreau). L’oreille toujours aux aguets, Berroyer anime aujourd’hui l’émission « Mélomanie » sur Le Mouv’.


Les livres de Jackie Berroyer aux Nouvelles Éditions Wombat

Rock’n’roll & chocolat blanc (plus d’infos)

W. E. Bowman

Ingénieur de profession et alpiniste amateur, William Ernest Bowman (1911-1985) est un de ces génies loufoques dont l’Angleterre a le secret.

Tout en entretenant une correspondance avec Albert Einstein, il écrivit deux livres hilarants, parodiant les exploits des grandes expéditions, l’une en montagne (À l’assaut du Khili-Khili, 1956 ; rééd. Rivages, « Série humoristique », 2009, 2010) et l’autre en mer : L’Expédition du Poisson Parlant (1957), traduit ici pour la première fois en français.


Les livres de W. E. Bowman aux Nouvelles Éditions Wombat

L’Expédition du Poisson Parlant (plus d’infos)

Florence Cestac

Grand Prix d’Angoulême en 2001, Florence Cestac est l’auteur d’une vingtaine de bandes dessinées « pour les grands », parmi lesquelles Edmond François Ratier, Le Démon de midi, Super Catho (avec René Pétillon), La Véritable Histoire de Futuropolis et Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps (avec Jean Teulé), ainsi que des séries pour la jeunesse Les Déblok (avec Nathalie Roques) et Les Ados Laura et Ludo.


Les livres de Florence Cestac aux Nouvelles Éditions Wombat

L’Élevage des enfants (plus d’infos)

Professeur Choron


© Arnaud Baumann

Jeune engagé lors de la guerre d’Indochine, Georget (dit Georges) Bernier (1929-2005), de retour à Paris, crée en 1960 avec Cavanna et Fred la désormais légendaire revue Hara-Kiri (1960-1985), puis le groupe des éditions du Square qui verra naître Charlie hebdo (1970).

Issu des pages d’Hara-Kiri en 1962, son personnage de Professeur Choron, bricolo et pince-sans-rire à l’humour noir absurde, fait scandale à la télévision dès l’année suivante (dans « Les Raisins verts » de Jean-Christophe Averty) en incitant les spectateurs à briser leur poste ou à passer des bébés à la moulinette.

Créateur des Jeux de con du Professeur Choron et des inénarrables Fiches bricolage, ce chansonnier à ses heures se produit aussi à Olympia en 1981. Épaulé par toute l’équipe d’Hara-Kiri, il incarna mieux que quiconque, quarante ans durant, cet esprit « bête et méchant » qui révolutionna l’humour français, de Coluche à Groland.


Les livres du Professeur Choron aux Nouvelles Éditions Wombat

Je bois, je fume et je vous emmerde (plus d’infos)

Will Cuppy


Will Cuppy par Ed Nofziger © DR.

Critique littéraire, Will Cuppy (1884-1949) écrivit durant l’entre deux guerres des chroniques humoristiques pour de nombreux journaux, du Herald Tribune au New Yorker, sur ses sujets favoris, au premier chef la zoologie et l’histoire. Il est l’auteur d’une trilogie drolatique sur les animaux : Comment reconnaître vos amis des grands singes (Rivages/poche, 2007), Comment cesser d’exister (Rivages/poche, 2012) et Comment attirer le wombat. Il a également signé Grandeur et décadence d’un peu tout le monde, hilarant anti-manuel d’histoire qu’il ne cessa de peaufiner pendant plus de quinze ans et qui ne paraîtra qu’à titre posthume en 1950 – devenant, par ironie du sort, son premier best-seller.

Misanthrope et asocial, Will Cuppy avait vécu une dizaine d’années en ermite sur une île, Jones’s Island, au sud de Long Island, refuge qu’il dut quitter à contrecœur en 1929. À nouveau sommé de quitter l’appartement new-yorkais où il s’était terré les vingt années suivantes (n’en sortant guère que pour se rendre au zoo du Bronx), il préféra mettre fin à ses jours en 1949. Humoriste sans égal, qui comptait au nombre de ses admirateurs P. G. Wodehouse et James Thurber, il est l’incarnation même de l’adage selon lequel « l’humour est la politesse du désespoir ».


Les livres de Will Cuppy aux Nouvelles Éditions Wombat

Grandeur et décadence d’un peu tout le monde (plus d’infos)

Comment attirer le Wombat (plus d’infos)


Eric Chevillard sur Will Cuppy

Le Monde des livres du 7/11/2012 (télécharger le pdf)

Gideon Defoe

Grande révélation de l’humour anglais de la dernière décennie, brillant héritier des Monty Python, Gideon Defoe écrit en 2004 Les Pirates! « pour impressionner une fille ». La fille ne marche pas, le livre si : il rencontre un succès immédiat outre-Manche. Quatre histoires, lisibles indépendamment, sont depuis parues en France (Une aventure avec les savants, Une aventure avec les baleines, Une aventure avec les communistes, Une aventure avec Napoléon, Le Dilettante, 2006-2012), saluées par un éclat de rire général.

Les deux premières aventures de la série (reparues chez J’ai Lu) ont donné lieu à un film d’animation réalisé par Peter Lord, intitulé Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout (2012).


Les livres de Gideon Defoe aux Nouvelles Éditions Wombat

Les Pirates! dans : Une aventure avec les Romantiques (plus d’infos)

Delfeil de Ton

Delfeil de Ton entre à Hara-Kiri en 1967. Il restera fidèle au journal jusqu’à sa disparition en 1986. Cofondateur de Charlie hebdo en 1970, il le quittera cinq ans plus tard pour Le Nouvel Observateur, où il signe toujours ses Lundis de DDT, dont un premier recueil est paru à L’Apocalypse en 2012.


Les livres de Delfeil de Ton aux Nouvelles Éditions Wombat

Le Journal de Delfeil de Ton (plus d’infos)

Mon cul sur la commode (plus d’infos)

Jack Douglas


© DR

Musicien itinérant, pionnier du stand-up dès les années 1930, pilote de course, auteur et acteur comique, l’étonnant Jack Douglas (1908-1989) collabora en son temps avec Bob Hope, Jack Paar, Jerry Lewis & Dean Martin, ainsi que le jeune Woody Allen. Grâce à ses apparitions télévisées, son deuxième livre, Ne vous fiez jamais à un chauffeur de bus nu (publié par Wombat en 2012), d’un humour très novateur, devint un best-seller aux États-Unis en 1960. Peu après, quittant sa vie de patachon hollywoodien, il s’installa loin de tout avec son épouse Reiko pour élever ses enfants, ses animaux et écrire une dizaine de titres de veine comico-autobiographique, dont le présent Manuel érotico-culinaire judéo-japonais et Comment élever des loups est un fleuron.


Les livres de Jack Douglas aux Nouvelles Éditions Wombat

Ne vous fiez jamais à un chauffeur de bus nu (plus d’infos)

Manuel érotico-culinaire judéo-japonais et Comment élever des loups (plus d’infos)

Edogawa Ranpo

EDOGAWA Ranpo, nom de plume de Tarô Hirai (1894-1965) choisi en hommage à Edgar Allan Poe, est le maître de la littérature policière et fantastique japonaise des années 1920 à 1960. Inventeur en 1925 du personnage de détective Kogorô Akechi, il popularise la littérature policière au Japon et créera en 1955 le premier prix décerné à ce genre, qui porte toujours son nom. Tout en assumant ses influences occidentales (Edgar Poe, H. G. Wells, Conan Doyle, Gaston Leroux...), Ranpo insuffle à ses récits un ton unique, mêlant érotisme, perversion, grotesque et macabre, dans des novellas noires comme La Chenille, La Bête aveugle ou Le Lézard noir (adapté au théâtre par Yukio Mishima) devenus des classiques de la littérature japonaise.

Père du mouvement « ero guro nansensu », son influence marquera aussi durablement le cinéma (de La Bête aveugle de Yasuzô Masumura à Inju de Barbet Schroeder) comme le manga (Suehiro Maruo).


Les livres de Edogawa Ranpo aux Nouvelles Éditions Wombat

Le Démon de l’île solitaire (plus d’infos)

Pierre Étaix et Jean-Claude Carrière


© Guy Betchel

Cinéaste, dramaturge, scénariste et acteur, PIERRE ÉTAIX a réalisé cinq longs-métrages entre 1963 et 1971 (Le Soupirant, Yoyo, Le Grand Amour...), devenus des classiques du cinéma comique. Son style funambule réalise une synthèse très personnelle entre les maîtres du cinéma burlesque américain et l’univers du cirque (Pierre Étaix a par ailleurs cofondé l’École nationale du cirque avec Annie Fratellini). Comme dessinateur et auteur, il a publié entre autres Dactylographismes, Je hais les pigeons, Il faut appeler un clown un clown et Textes et textes Étaix.


Historien de formation, JEAN-CLAUDE CARRIÈRE est écrivain, dramaturge et scénariste. Outre ses multiples collaborations avec Pierre Étaix, Louis Malle, Luis Buñuel ou encore Milos Forman (couronnées en novembre 2014 par un Oscar d’honneur), il est l’auteur de nombreux ouvrages à succès, parmi lesquels on citera La Controverse de Valladolid, Le Cercle des menteurs, La Force du bouddhisme (avec le Dalaï-Lama) ou le Dictionnaire amoureux de l’Inde. Ami des plus grands dessinateurs (Bosc, Chaval, Topor,,,), dessinateur lui-même (Dessins d’occasions), c’est aussi un érudit de l’humour à qui l’on doit une Anthologie de l’humour 1900 et Le Dictionnaire de la bêtise (avec Guy Betchel).


Les livres de Pierre Étaix et Jean-Claude Carrière aux Nouvelles Éditions Wombat

Le Petit Napoléon illustré (plus d’infos)

W.C. Fields


© Photo Courtesy of W.C. Fields Productions, Inc.
and Academy of Motion Picture Arts and Sciences
Margaret Herrick Library.


William Claude Dukenfield, dit W. C. FIELDS (1880-1946), débuta comme jongleur au music-hall avant de révéler ses talents de clown, notamment dans la fameuse troupe des Ziegfeld Follies. Scénariste et dialoguiste de la plupart de ses films, il explose dès 1930 dans le cinéma comique parlant, dont il sera, avec les Marx Brothers, l’une des grandes stars. Citons Une riche affaire, Mines de rien et Passez muscade.

Saltimbanque excentrique, misanthrope acariâtre, buveur immodéré de « spiritueux médicinaux », on lui attribue plusieurs formules restées célèbres, parmi lesquelles : « Quelqu’un qui déteste les enfants et les chiens ne peut pas être tout à fait mauvais. »


Site officiel de W.C. Fields : www.wcfields.com


Les livres de W.C. Fields aux Nouvelles Éditions Wombat

Fields président ! (plus d’infos)

Gébé

Pilier de Hara-Kiri dès le début des années 1960 (il en sera le rédacteur en chef de 1969 à 1985), puis des hebdos Hara-Kiri et Charlie, cofondateur de Zéro et du nouveau Charlie hebdo, Gébé (1928-2004) fut pour beaucoup le penseur et le poète de la « bande à Charlie ».

Écrivain, parolier, scénariste, concepteur de romans-photos et surtout auteur de remarquables bandes dessinées innovantes (Berck, Une plume pour Clovis, L’An 01, Lettre aux survivants, L’åge du fer...), Gébé demeure un créateur et un agitateur d’idées sans pareil.


Les livres de Gébé aux Nouvelles Éditions Wombat

Tout s’allume (plus d’infos)


Wolinski évoque Gébé et Tout s’allume

Extrait de Charlie hebdo nº1028 (février 2013) (télécharger le pdf)

Mykle Hansen

Mykle Hansen vit à Portland, dans l’Oregon. Auteur de plusieurs recueils de nouvelles (Monster Cocks, The Bored, Bored Princess, Rampaging Fuckers of Everything on the Crazy Shitting Planet of the Vomit Atmosphere...), publiés sous l’égide du bien nommé mouvement « Bizarro », il signe ici un premier roman résolument anti-Nature Writing.

Lors de sa tournée promotionnelle aux États-Unis, Mykle concluait ses lectures en combattant un ours à mains nues. Il perdait souvent.


Les livres de Mykle Hansen aux Nouvelles Éditions Wombat

Au secours ! Un ours est en train de me manger ! (plus d’infos)

Honoré

Illustrateur et dessinateur de presse, Philippe Honoré (1941-2015) a travaillé pour de nombreux journaux, parmi lesquels Le Monde, Libération, Lire, Le Magazine littéraire, sans oublier Hara-Kiri, avant de devenir un pilier du nouveau Charlie hebdo à partir de 1992. Son graphisme inspiré de la gravure, profondément spirituel et drolatique, l’a imposé immédiatement comme un classique (dernier recueil paru : Je hais les petites phrases, Les Échappés, 2011). Il fut une des victimes de l’attentat du 7 janvier.

Créateur de ludiques et érudits Rébus littéraires (en cours de réédition chez Arléa), Honoré avait aussi mis son talent d’illustrateur au service de grands textes d’humour, comme le Bestiaire d’Alexandre Vialatte (Arléa, 2003) et Comment attirer le wombat de Will Cuppy (Wombat, 2012 ; réédition 2015).


Les livres d’Honoré aux Nouvelles Éditions Wombat

Comment attirer le Wombat (plus d’infos)

Kamagurka

Kamagurka est une star en pays flamand pour ses dessins et bandes dessinées, notamment pour la série Cowboy Henk (avec Herr Seele) qu’il publie depuis plus de trente ans dans le populaire magazine Humo. Mais il est aussi peintre, auteur de sketches et de pièces de théâtre dans la lignée du théâtre de l’absurde (Mario, va ouvrir, on a sonné, Lansman, 1996).

En France, il est découvert en 1977 par Gébé, alors rédacteur en chef d’Hara-Kiri, et apparaîtra également dans le Psikopat et L’Écho des savanes, mais aussi Raw et le New Yorker aux États-Unis. Il est présent chaque semaine dans le nouveau Charlie hebdo depuis 1992.

Kamagurka est sans conteste un des meilleurs représentants de l’école graphique absurde depuis trente ans, aux côtés de Francis Masse, Glen Baxter, Gary Larson et Pierre La Police.


Les livres de Kamagurka aux Nouvelles Éditions Wombat

L’Angoisse de la page blanche (plus d’infos)

Takeshi Kitano

Comédien connu au Japon sous le nom de « Beat Takeshi », Takeshi Kitano réalise son premier film, Violent Cop, en 1989. Le public occidental le découvre grâce à Hana-Bi (Lion d’or à la Mostra de Venise en 1997). Auteur d’une quinzaine de films, renouvelant les genres du film noir, de yakuza ou de sabre, il en signe d’autres dans une veine plus personnelle, burlesque et poétique, tels A Scene At the Sea, Kids Return ou plus récemment Achille et la Tortue.

Artiste aux multiples facettes, Kitano est également peintre (exposition « Gosse de peintre » à la Fondation Cartier en 2010) et écrivain, auteur notamment d’Asakusa Kid et de La Vie en gris et rose.


Les livres de Takeshi Kitano aux Nouvelles Éditions Wombat

Boy (plus d’infos)

Stephen Leacock

Surnommé le « Mark Twain canadien », l’universitaire et écrivain Stephen Leacock (1869-1944) fut l’oncle bienveillant de la littérature comique moderne du XXe siècle, dont l’influence s’étendra de la première génération du New Yorker jusqu’à Woody Allen et aux Monty Python, dont le sketch « Four Yorkshiremen » est une adaptation littérale de sa nouvelle « Self Made Men » (1910).
Célébré au Canada pour son roman choral Bienvenue à Mariposa (Wombat, 2014), Leacock est devenu un classique lu dans tout le monde anglo-saxon, notamment grâce à ses deux recueils de Nonsense Novels (en français L’Île de la tentation et Le Plombier kidnappé) considérés comme des chefs-d’œuvre de la parodie.
Comme disait un de ses lecteurs : « Stephen Leacock est un des types les plus drôles que je connaisse… Une fois qu’on a commencé à le lire, on ne peut plus s’arrêter. » (Groucho Marx)


Les livres de Stephen Leacock aux Nouvelles Éditions Wombat

Bienvenue à Mariposa (plus d’infos)

L’Île de la tentation & autres naufrages amoureux (plus d’infos)

Spike Milligan


© DR

Né en Inde, irlandais d’origine, Spike Milligan (1918-2002) est considéré comme le plus grand auteur comique anglais de la seconde moitié du xxe siècle, aussi populaire en Grande-Bretagne qu’un Coluche ou un Desproges en France.

Jeune soldat pendant la Seconde Guerre mondiale (ses authentiques et cocasses « Mémoires de guerre » paraîtront prochainement chez Wombat), puis musicien dans un orchestre de jazz, il devient tout au long des années 1950, aux côtés de Peter Sellers et Harry Secombe, la vedette du « Goon Show », émission radio déjantée de la BBC, admirée aussi bien par Marcel Gotlib (qui tenta de l’adapter) que par les Monty Python (qui lui confieront un rôle dans La Vie de Brian).

Comédien, scénariste et écrivain prolifique, auteur de nombreux pastiches et chantre du « plus mauvais poète du monde », William McGonagall (dont on croisera dans le présent livre un cousin irlandais), Milligan signait en 1987 avec ce roman de maturité un de ses chefs-d’œuvre, jouant en virtuose de toutes les gammes de l’humour.


« Spike Milligan est notre dieu à tous » (JOHN CLEESE & les Monty Python)


Extrait d’un entretien entre Marcel Gotlib et les Monty Python réalisé en 1980

Gotlib : Quels sont vos « maîtres » en humour ?

Terry Jones : Puisqu’on est en France, je dirais Jacques Tati. Et un comique anglais, Spike Milligan.

Gotlib : Je l’ai rencontré une fois, on a dîné ensemble.

Terry Jones : Le « Goon Show » a été immensément important pour nous.

Gotlib : Il y a cinq ans, quand on a commencé Fluide glacial, je voulais adapter les sketchs du « Goon Show » en bande dessinée. J’ai eu un rendez-vous avec Spike Milligan à Londres, il était d’accord. Mais quand je m’y suis mis, je me suis rendu compte que je n’y arriverais pas. C’était trop difficile, trop anglais.

Eric Idle : Les gags qu’ils avaient sur le « Goon Show », c’était le plus souvent des gags « à combustion lente ». Il ne se passait rien. Je n’ai pas souvenir d’avoir ri aussi fort devant une autre émission. Je les trouvais hystériques. Surtout, ils allaient loin. Cette idée de prendre des risques avec les gags, c’était quelque chose qu’on admirait tous.


© Propos recueillis par Jacques Diament. (Source : Schnock nº12)


Les livres de Spike Milligan aux Nouvelles Éditions Wombat

Le Règne hystérique de Siffoney Ier, roi d’Irlande (plus d’infos)

Hideo Okuda


© Bungeishunju Ltd

Né en 1959 à Gifu, Hideo Okuda est l’auteur d’une œuvre riche et variée, souvent primée au Japon (prix Naoki en 2004 pour Un yakuza chez le psy), dont Wombat s’attache à faire découvrir les multiples facettes. Okuda a notamment signé la trilogie du docteur Irabu (3 millions d’exemplaires vendus au Japon), dont les deux premiers tomes sont déjà parus en français : Les Remèdes du docteur Irabu (Wombat, 2013 ; rééd. « Points ») et Un yakuza chez le psy & autres patients du Dr Irabu (Wombat, 2014 ; rééd. « Points »), ainsi que Lala pipo (Wombat, 2016), roman indépendant de cette série.


Les livres de Hideo Okuda aux Nouvelles Éditions Wombat

Les Remèdes du docteur Irabu (plus d’infos)

Un yakuza chez le psy (plus d’infos)

Lala pipo (plus d’infos)

Sydney Joseph Perelman

Issu d’une famille juive d’origine russe de Brooklyn, Sydney Joseph Perelman (1904-1979) fut l’un des maîtres américains de l’absurde et du nonsense. Auteur de centaines de textes brefs et de plusieurs récits, il demeura l’un des piliers du New Yorker des années 1930 aux années 1970. Scénariste récompensé par un Oscar en 1956, il a notamment signé deux classiques des Marx Brothers : Monnaie de singe (1931) et Plumes de cheval (1932).


Sur S. J. Perelman

« J’ai commencé à le lire durant mon adolescence et il ne m’a jamais déçu. Chez tous les auteurs de comédie avec qui j’ai travaillé ou discuté au cours des ans, Perelman a toujours été une icône, le modèle le plus admiré, le génie comique le plus largement imité et le plus décourageant pour tout aspirant humoriste. Pour nombre d’entre nous, qui avons débuté il y a bien des années, il était impossible de ne pas tenter d’écrire comme lui, tant sa voix élégante nous dominait. » (Woody Allen, 2000)


« En cette époque où pullulent les humoristes, Perelman plane au-dessus de la mêlée. Monsieur Perelman... et c’est tout. Robert Benchley, celui qui lui ressemblait sans doute le plus, et Ring Lardner, qui ne ressemblait à personne, nous ont quittés, aussi demeure-t-il le seul. » (Dorothy Parker, 1959)


« Perelman manie la langue américaine à la manière d’un joueur de piccolo qui interpréterait l’hymne national. » (Kurt Vonnegut)


« L’écrivain le plus drôle des États-Unis depuis... lui-même. » (Gore Vidal)


Les livres de S. J. Perelman aux Nouvelles Éditions Wombat

L’Œil de l’idole (plus d’infos)

Un pékin en Afrique (plus d’infos)

Emmanuel Prelle & Emmanuel Vincenot

Emmanuel Vincenot et Emmanuel Prelle ont écrit en collaboration plusieurs livres d’humour, parmi lesquels l’Anticyclopédie universelle (Mille et une nuits, 2007), Le Grand Livre du futur (Mille et une nuits, 2010) et L’Élevage des enfants (Wombat, 2014 ; rééd. J’ai Lu).

Ils ont également collaboré au magazine Cinéastes (mais aucun cinéaste n’a jamais voulu collaborer avec eux).


Les livres de Emmanuel Prelle & Emmanuel Vincenot aux Nouvelles Éditions Wombat

L’Élevage des enfants (plus d’infos)

L’Anticyclopédie du cinéma (plus d’infos)

Roger Price

Humoriste américain, Roger Price (1918-1990) débute dans les night-clubs et à la radio, où il écrit pour les stars comiques de l’époque, avant de publier en 1951 Le Cerveau à sornettes (Wombat, préfacé par Georges Perec), manifeste illustré exposant son hilarante théorie de l’Évitisme, suivi quelques années plus tard de son équivalent en politique, traduit pour la première fois en français : Votez « Moi d’abord » !


Price est aussi le créateur des Droodles (voir l’anthologie Un Mexicain sur son vélo et 119 autres droodles, La Table ronde), devinettes dessinées qui lui ouvriront les portes de la télévision en 1954, et des Mad Libs (avec Leonard Stern) pour le fameux magazine Mad d’Harvey Kurtzman.


Les livres de Roger Price aux Nouvelles Éditions Wombat

Le Cerveau à sornettes (plus d’infos)

Votez « Moi d’abord » ! (plus d’infos)

George S. Schuyler

Cette contre-utopie humoristique est l’œuvre d’une grande figure méconnue de la littérature afro-américaine. George S. Schuyler (1895-1977) écrivit pour le journal le plus influent de la communauté noire, le Pittsburgh’s Courier, mais aussi pour The Nation ou l’American Mercury de H. L. Mencken. Satire mordante parue en 1931 qui lui valut l’hostilité générale, Black No More ne sera redécouvert aux États-Unis qu’au début des années 1990, réédité quatre fois depuis, s’imposant de fait comme « un classique de la littérature américaine » (Ishmael Reed).


Les livres de George S. Schuyler aux Nouvelles Éditions Wombat

Black No More (plus d’infos)

Seth

Né en 1962 à Clinton (Ontario), Seth est l’auteur de la série de comic books Palooka Ville. Admirateur et collectionneur des artistes du New Yorker d’avant-guerre, il racontait cette passion dans sa première bande dessinée traduite en français, La Vie est belle malgré tout (Les Humanoïdes). Il a également publié Le Commis voyageur (Casterman), Wimbledon Green (Delcourt), George Sprott (Delcourt) et La Confrérie des Cartoonists du Grand Nord (Delcourt).

Graphiste et illustrateur délicat, aux teintes empreintes de nostalgie, il a créé la maquette de l’édition intégrale des Peanuts (Fantagraphics / Dargaud), de The Portable Dorothy Parker (Penguin Classics). À son tour, il lui arrive de réaliser des couvertures pour le New Yorker.

Découvert dès l’enfance, Bienvenue à Mariposa demeure un de ses livres de chevet, qu’il décrit dans sa postface comme « un texte brillant, drôle et très, très élaboré, l’œuvre d’un homme à la fois intelligent et complexe. »


Les livres de Seth aux Nouvelles Éditions Wombat

Bienvenue à Mariposa (plus d’infos)

Masahiko Shimada

Né en 1961, Masahiko Shimada publie son premier recueil de nouvelles en 1983. L’année suivante, son roman Mûyûkyoku no tame no ongaku remporte le prix Noma. Il est depuis l’auteur d’une œuvre riche et protéiforme, qui explore notamment la perte de repères de la société et de la culture japonaises. On citera Yumetsukai (traduit en anglais sous le titre The Dream Messenger) et Higan Sensei (prix Izumi Kyôka), paru en français sous le titre Maître Au-delà (Le Serpent à plumes, 2003).

Passionné par le chamanisme, Shimada signe avec La Fille du chaos un « spiritual mystery » empruntant au fantastique et au polar. Ce livre a reçu en 2008 au Japon le prix Geijutsu Senshô.


Les livres de Masahiko Shimada aux Nouvelles Éditions Wombat

La Fille du chaos (plus d’infos)

Roland Topor

Roland Topor (1938-1997). Dessinateur, peintre, écrivain, dramaturge, poète, humoriste, chansonnier, cinéaste, acteur, photographe, etc. Remarqué pour ses étranges dessins au graphisme original (dans Arts, Bizarre, Hara-Kiri...), il reçoit le prix de l’Humour noir dès 1961. Son premier roman, Le Locataire chimérique, sera adapté au cinéma par Roman Polanski ; il écrira aussi des recueils de nouvelles, des pièces de théâtre et des livres concepts. Du film d’animation La Planète sauvage (avec René Laloux, prix spécial du Jury à Cannes en 1973) à l’étonnant Marquis (avec Henri Xhonneux) en passant par les émissions télévisées Palace et Téléchat, il marquera de son empreinte le cinéma et l’audiovisuel. Certaines de ses images ont fait le tour du monde. Tout son univers reste marqué du sceau d’un humour noir féroce. Il n’est jamais devenu un vieux con.

« De son vivant, Topor vendait peu de tableaux, en donnait beaucoup, ses livres faisaient des bides, ses pièces des scandales, ses films faisaient hurler les critiques, et tout cela le rendait hilare : qu’est-ce que vos parents ont été cons ! Dépêchez-vous de (re)découvrir ou même relire tout simplement ces petits bijoux d’un des génies du XXe siècle. Avant que trente crétins, par leur silence, ne nous l’enterrent pour de bon. » (Yves Frémion, Fluide glacial)


Les livres de Roland Topor aux Nouvelles Éditions Wombat

Mémoires d’un vieux con (plus d’infos)

Mémoires d’un vieux con suivi de Topor à la bombe (tirage de queue, édition limitée et numérotée) (plus d’infos)

Vaches noires (plus d’infos)

Café Panique suivi de Taxi Stories (plus d’infos)

La Plus Belle Paire de seins du monde (plus d’infos)

Strips Panique (plus d’infos)

Joko fête son anniversaire (plus d’infos)

Théâtre Panique, tome 1 (plus d’infos)

La Cuisine cannibale (plus d’infos)

Théâtre Panique, t. 2 (plus d’infos)


Topor : “Un grand coup de poing dans la gueule”

Extrait de Charlie-Hebdo nº1002 (septembre 2011) (télécharger le pdf)

Yasutaka Tsutsui


© Bungeishunju Ltd.

Né en 1934 à Ôsaka, Yasutaka Tsutsui est l’une des voix majeures de la science-fiction et du fantastique japonais. Il débute à la fin des années 1960 par des textes où l’on décèle les influences de Philip K. Dick et de J. G. Ballard. Son œuvre imposante a été couronnée de nombreux prix, dont le prix Kawabata, le prix Tanizaki et le prix Izumi Kyôka.

Tsutsui a été élevé au rang de Chevalier des Arts et des Lettres par la France, où trois de ses livres ont été traduits : Les Cours particuliers du professeur Tadano, Le Censeur des rêves et La Traversée du temps. Il est aussi l’auteur du roman Paprika, dont l’adaptation en dessin animé par Satoshi Kon en 2006 a connu un succès international.


Les livres de Yasutaka Tsutsui aux Nouvelles Éditions Wombat

Hell (plus d’infos)

Melvin Van Peebles


© DR

Cinéaste, acteur, musicien et écrivain, Melvin Van Peebles, né en 1932 à Chicago, réalise plusieurs courts-métrages aux États-Unis avant de venir à Paris à l’été 1960, sur l’invitation de la Cinémathèque française. Sans un sou, il survit d’expédients et apprend le français dans la rue et les bistrots, puis travaille un temps pour France-Observateur. Grâce à une rencontre avec l’écrivain Chester Himes, il fait la connaissance de Cavanna et toute la bande d’Hara-Kiri. De 1964 à 1966, il collabore activement à la revue, signant « La chronique du gars qui sait de quoi il parle » et prépubliant en grande partie Le Chinois du XIVe, illustré par Topor (dont l’unique édition, suite à la seconde interdiction de la revue, paraîtra chez Jérôme Martineau en 1966). Il y adapte aussi La Reine des pommes en BD avec Wolinski et traduit la première version française du fameux magazine d’humour Mad (8 numéros, 1965-66). À la fin des années 1960, il retourne aux États-Unis où il continue d’écrire, d’enregistrer des disques et réalise plusieurs longs-métrages, dont Sweet Sweetback’s Baadasssss Song (1971), le film fondateur du cinéma de « Blaxploitation », influence majeure de Spike Lee à John Singleton. Toujours actif, notamment avec son groupe Laxative (« pour faire chier les gens »), Melvin Van Peebles vit aujourd’hui à New York.


« Melvin, son cinéma, c’est le négro américain dessalé cigare au coin du bec j’emmerde les gros cons de blancs je méprise les négros qui ne sont que des négros. Tout Harlem dans un verre, Melvin. » (CAVANNA, Bête et méchant)


Les livres de Melvin Van Peebles aux Nouvelles Éditions Wombat

Le Chinois du XIVe (plus d’infos)